La claque

C’était un week-end qui commençait comme les autres. Une lessive lancée qu’il faudrait étendre dans quelques heures, des repas à préparer, un colis à aller chercher. Him me lance  » Tu te rappelles que Machin et sa femme passent nous voir cet après-midi ? « . Oui, je me rappelle, on préparera un gâteau, tiens.

Machin, c’est un copain de Him. Un pote qu’on ne croise que rarement, mais qui est toujours content de passer nous faire un coucou quand l’occasion se présente. Il s’est marié en petit comité et nous n’avions jamais rencontré sa femme. L’occasion se présentait ce week-end là comme ils passaient dans notre région.

A leur arrivée, nous échangeons les politesses d’usage puis nous leur demandons s’ils sont là pour quelques jours. Machin prend la parole et nous dit tout simplement :  » Nous sommes là car nous avons lancé une procédure d’adoption et qu’on devait se déplacer pour …. ».

Mon cerveau a buggé. Une procédure d’adoption, j’avais bien compris. Je me suis retrouvée avec mon marmot dans les bras à écouter leur histoire : la demande d’agrément, les pupilles, l’adoption à l’international, le choix de l’OAA, le pays choisi, les particularités qu’ils ont acceptées, les RDV psy et j’en passe. Ca c’était pour le côté formel. Et nous avons aussi évoqué tout le reste : la douleur d’un parcours PMA qui n’a pas abouti, l’affreuse attente, l’envie de d’y croire, de s’enflammer et la retenue qui arrive tout de suite après, l’envie de se projeter. Et toutes les autres questions : Combien d’enfants ? Quel âge ? Dans quel état de santé ?

Nous avons écouté. Nous avons essayé de ne pas être trop intrusif dans nos questions tout en s’intéressant à leur parcours. Nous avons évité les RALC (mais certainement avons nous été maladroits). L’espace d’un instant, je me suis dit « Mais c’est Choco_not que j’ai devant moi ? », puis je me suis rappelée la seconde d’après qu’elle était justement au bout du monde pendant que j’étais sur mon canapé et que cela ne pouvait pas être eux.

Je remercie très fort Choco_not et Julys d’avoir partagé leurs expériences sur leurs blogs. Je connaissais de ce fait les grandes lignes des démarches administratives, et j’avais une vague idée de l’état psychologique dans lequel ils sont. Grâce à vous, les filles, je sais ce qui les attend à présent : la longue attente passive du coup de fil qui changera leur vie et le tourbillon qui suivra. J’ai pensé fort à vous les filles…

Quand la porte s’est refermée, je n’ai pas pu retenir mes larmes. Je me suis sentie submergée par l’émotion. Reconnaissante d’avoir mes deux enfants près de moi, terriblement triste pour eux qui sont sortis de la PMA les bras vides, émue aussi qu’ils se soient ouverts à nous avec tant de franchise et de simplicité. J’espère très fort que d’ici quelques mois, leur maison se remplira de rire d’enfants.

 

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « La claque »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s